Association Suisse de Politique Sociale – Congrès annuel

Le Congrès aura pour thème central l’évolution future de la politique sociale dans le domaine de l’accompagnement et des soins dans la vieillesse.

Mercredi, 28 octobre 2020, Haute école spécialisée bernoise ou participation en ligne

Ce thème est lié à plusieurs enjeux de politique sociale autour de questions concernant les modèles d’accompagnement et des soins à domicile ou dans des EMS, les besoins des proches aidants et des prestataires de services professionnels, l’importance de la situation de logement et le financement de ces prestations de soutien compte tenu des mutations démographiques. L’analyse ne se limitera pas à la Suisse, un regard sera porté également aux évolutions dans les pays européens environnants.

En savoir plus

Compte rendu de la session d’été 2020

Au cours de la session d’été, les Chambres fédérales ont traité un certain nombre de questions ayant un rapport avec la prise en charge au troisième âge: le contre-projet à l’initiative sur les soins infirmiers, l’intégration d’un article expérimental dans la LAMal et le rejet de la révision de la loi fédérale sur le service civil.

En savoir plus

Vieillir sans les membres de sa famille

En raison de leur fragilité croissante, la plupart des personnes âgées ont besoin d’assistance au quotidien. L’aide vient principalement des membres de leur famille: en Suisse, l’entourage fournit chaque année 37 millions d’heures d’encadrement et de soins non rémunérés. Mais toutes les personnes âgées ne peuvent pas compter sur la solidarité et le sens du devoir de leur entourage: en Suisse, plus de 8% des retraitées et retraités vieillissent sans famille proche. Qui sont les personnes qui vieillissent sans entourage familial? Qui les soutient lorsqu’elles ont besoin d’aide dans leur vie quotidienne? Cette étude exploratoire apporte les premières réponses à ces questions sociopolitiques urgentes.

En savoir plus

Guide pour une bonne prise en charge au troisième âge est plus importante que jamais

Pour la première fois, une publication montre de façon systématique ce qui constitue une bonne prise en charge au troisième âge et comment celle-ci peut être ancrée dans les institutions. Le «Guide pour une bonne prise en charge au troisième âge – clarification de la terminologie et lignes directrices» publié aujourd’hui est plus actuel que jamais: «La situation actuelle confirme à 100% nos idées sur ce qu’est une bonne prise en charge au troisième âge», déclare ainsi le professeur Carlo Knöpfel de la Haute . École Spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW), co-auteur de l’ouvrage.

En savoir plus

«La normalité passée n’est pas une option»

Nous nous sommes entretenus avec quatre représentants de différents secteurs de la prise en charge. Il est étonnant de constater à quel point le quotidien rythmé par le coronavirus est à la fois similaire et différent.

En savoir plus

Nous pouvons contribuer à ce que les personnes qui travaillent dans le secteur de la prise en charge restent fidèles à leur profession et à leur engagement.

Madame, Monsieur,

Faire face à la pandémie de coronavirus exige des efforts exceptionnels: un grand nombre de personnes s’engagent pour préserver les besoins psychosociaux des personnes âgées et contribuent à renforcer leur indépendance et leur bien-être grâce à diverses formes de soutien.

Cette crise lève également le voile sur les exigences auxquelles doit répondre le personnel de prise en charge et de soins, et souligne la nécessité de meilleures conditions-cadres: des charges de travail maximales, la pression du temps, combinées au surcroît de tâches administratives rendent le travail particulièrement difficile.

... Lisez tout

Madame, Monsieur,

Faire face à la pandémie de coronavirus exige des efforts exceptionnels: un grand nombre de personnes s’engagent pour préserver les besoins psychosociaux des personnes âgées et contribuent à renforcer leur indépendance et leur bien-être grâce à diverses formes de soutien.

Cette crise lève également le voile sur les exigences auxquelles doit répondre le personnel de prise en charge et de soins, et souligne la nécessité de meilleures conditions-cadres: des charges de travail maximales, la pression du temps, combinées au surcroît de tâches administratives rendent le travail particulièrement difficile.

Afin de maintenir l’attractivité de cette profession, il est impératif d’en améliorer les conditions générales. La participation active et l’expertise des collaborateurs sont indispensables pour façonner l’évolution future du travail auprès des personnes âgées – que ce soit dans un cadre professionnel ou volontaire. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Je voudrais profiter de cette occasion pour vous remercier des nombreux et précieux engagements qui sont pris et j’espère que vous aussi recevez de la reconnaissance et du soutien chaque jour.

Je vous souhaite tout le meilleur, à vous et à vos familles.

Maja Nagel Dettling, conseillère de fondation à la fondation Paul Schiller

La prise en charge est plus importante que jamais

Madame, Monsieur,

Une crise telle que celle que nous vivons actuellement avec la pandémie de coronavirus nous rend plus attentifs aux besoins des autres. Les personnes âgées constituent un groupe particulièrement vulnérable et doivent rester chez eux le plus possible.

Les contacts avec la famille, les amis et les connaissances doivent être mis en suspens. Nous voyons apparaître des images de personnes seules et isolées qui ont peur que cela les affecte.

... Lisez tout

Madame, Monsieur,

Une crise telle que celle que nous vivons actuellement avec la pandémie de coronavirus nous rend plus attentifs aux besoins des autres. Les personnes âgées constituent un groupe particulièrement vulnérable et doivent rester chez eux le plus possible.

Les contacts avec la famille, les amis et les connaissances doivent être mis en suspens. Nous voyons apparaître des images de personnes seules et isolées qui ont peur que cela les affecte.

Nous ne savons pas combien de temps dureront ces mesures extraordinaires de restrictions diverses. Cette situation est source d’incertitude et la demande de prise en charge sécurisée est d’autant plus d’actualité. La situation présente montre comment une prise en charge adaptée des personnes âgées renforce les individus, leur permet de mener une vie aussi exempte de risques que possible et assure leur participation à la société.

Les échanges que j’ai eus ces derniers jours montrent quels sont les principaux besoins  – outre une aide pour faire les courses, ce sont les conversations et les échanges sociaux qui manquent le plus.

De nombreuses initiatives individuelles apportent actuellement un soutien concret et assurent ainsi une bonne prise en charge.

Plusieurs d’entre elles voient le jour, par exemple dans la prise en charge de proximité au moyen de conversations téléphoniques à domicile ou avec de nouvelles formes créatives de prise en charge dans les maisons de santé. Le soutien de la famille, des bénévoles et des professionnels montre que la prise en charge renforce la qualité de vie et le bien-être de toutes les personnes concernées. Dans les situations de fragilité, la participation sociale et l’autodétermination sont particulièrement précieuses.

La situation actuelle a beau être pesante, elle réserve aussi bien des surprises: il existe en effet d’innombrables possibilités de développement et de conception des services de prise en charge avec et pour les personnes âgées.

Et ces services de prise en charge font toute la différence dans la vie quotidienne des gens, dans les soins de santé et de prévention et dans la vie en société.

Nous observons cet engagement novateur avec beaucoup d’intérêt. Et nous aimerions mettre à votre disposition nos observations et nos réflexions dans une série de newsletters pendant cette période de pandémie de coronavirus.

Vous avez observé de nouveaux développements intéressants dans la pratique, des ajustements de systémiques nécessaires ou encore des discussions spécialisées en lien avec la prise en charge? N’hésitez pas à nous en faire part à l’adresse suivante: mail@bienvieillir.ch.

Je voudrais profiter de cette occasion pour vous remercier de votre intérêt et de ce que vous faites chaque jour pour contribuer à une bonne prise en charge. Je vous souhaite, à vous ainsi qu’à votre famille, le meilleur et surtout une bonne santé.

Maja Nagel Dettling, conseillère de fondation à la fondation Paul Schiller

Réflexions et suggestions du point de vue de l’activation

En raison de la crise du coronavirus, les maisons de retraite et de repos ont de manière générale fermé leurs portes aux parents et proches des résidents. De plus, conformément aux recommandations de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), les résidents doivent garder leurs distances autant que possible pendant les repas ou les activités de groupe.

Qu’est-ce que cela signifie pour les personnes âgées? Comment la vie quotidienne peut-elle néanmoins être organisée de sorte à favoriser les contacts sociaux et la mobilité? Quels sont les points particulièrement importants, quelles approches créatives pourraient être utilisées? Du point de vue de l’activation, nous nous référons à la littérature spécialisée et proposons des suggestions d’application dans la pratique. L’objectif est de contribuer à la qualité de vie et au bien-être des personnes âgées dans cette situation difficile.

En savoir plus

Offre élargie dans le canton de Berne

Il faut former davantage d’assistants socio-éducatifs à l’accompagnement des personnes âgées pour faire face au vieillissement de la population. L’organisation du monde du travail santé-social de la partie germanophone du canton de Berne a donc été chargée de développer l’offre de formation à ce métier dans les institutions. Ce mandat émane de la Direction de la santé, des affaires sociales et de l’intégration, en étroite concertation avec la Direction de l’instruction publique et de la culture.

En savoir plus

De nouvelles recherches permettent de clarifier la terminologie

Après la publication en 2018 de l’inventaire des actions nécessaires pour la prise en charge au troisième âge, le «Guide pour une bonne prise en charge au troisième âge» apporte les clarifications nécessaires sur la terminologie et formule les exigences d’une mise en œuvre de qualité.

Le guide pourra être téléchargé à partir du 17 mars. Nous acceptons volontiers les précommandes d’exemplaires imprimés à l’adresse suivante: betreuung-im-alter@weissgrund.ch.

... Lisez tout

Après la publication en 2018 de l’inventaire des actions nécessaires pour la prise en charge au troisième âge, le «Guide pour une bonne prise en charge au troisième âge» apporte les clarifications nécessaires sur la terminologie et formule les exigences d’une mise en œuvre de qualité.

Le guide pourra être téléchargé à partir du 17 mars. Nous acceptons volontiers les précommandes d’exemplaires imprimés à l’adresse suivante: betreuung-im-alter@weissgrund.ch.

Augmentation rapide de la demande d’une bonne prise en charge

Compte tenu du double vieillissement – de plus en plus de personnes vivent de plus en plus longtemps – le besoin de prise en charge augmente, tant à domicile que dans les établissements médico-sociaux, les maisons de retraite ou les hôpitaux. Cette situation est exacerbée par le fait que de moins en moins de proches sont disponibles pour s’occuper de cette prise en charge.

Définition imprécise de la prise en charge

Le prise en charge et les soins des personnes âgées ainsi que le financement garanti de la prévoyance vieillesse sont des thèmes centraux de la politique vieillesse en Suisse. La loi fédérale sur l’assurance-maladie fait la distinction entre les prestations de soins et de prise en charge. Pour les soins, des prestations légalement accessibles à toutes les personnes en Suisse ont été définies. Ce faisant, il a été négligé de définir plus en détail également les caractéristiques de la prise en charge et de réguler son financement.

Dans les discussions sur la santé et la politique sociale, l’accent est souvent mis sur les soins tandis que la prise en charge est bien souvent considérée comme annexe. Et fréquemment, la prise en charge et les soins ne sont que vaguement différenciés.

Absence de régulation des exigences de qualité et du financement

Une bonne prise en charge est le résultat de la coopération entre les aidants bénévoles et professionnels. A domicile, les soins sont principalement fournis par des proches, des amis et des voisins. Si l’environnement social fait défaut ou si les proches ont eux-mêmes besoin d’aide, certaines offres de prise en charge émanant d’organisations privées ou publiques sont certes disponibles. En règle générale, les personnes concernées doivent cependant les payer elles-mêmes. Tout le monde ne peut pas se le permettre et le secteur public ne fournit pas un soutien financier suffisant.

Dans les maisons de retraite et de soins, les soins sont financés par la taxe d’encadrement et fournis par des mesures d’activation et d’emploi. Les prestations couvertes par la taxe ne sont pas clairement définies. La question de savoir si les offres tiennent réellement compte des exigences en matière de bonne prise en charge et des besoins des résidents reste elle aussi ouverte.

Il est donc nécessaire de clarifier ce que l’on entend par une bonne prise en charge et comment le système social et les institutions suisses intègrent la prise en charge dans une structure de soutien globale pour les personnes âgées. Pour que la Suisse puisse permettre aux personnes de vieillir en bonne santé et de manière autonome et de participer à la société, il est indispensable que la prise en charge bénéficie également de la reconnaissance sociale qu’elle mérite.

Les auteurs: Carlo Knöpfel et Riccardo Pardini de la Haute Ecole Spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) et Dr phil. Claudia Heinzmann, aplica.

Coopération des fondations éditrices: Fondation Age, Fondation Beisheim, MBF Foundations, Pour-cent culturel Migros, Fondation Paul Schiller et Fondation Walder. SwissFoundations a apporté son soutien organisationnel à la coopération.